LIENS UTILES :

Pour les démarches administratives :

Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI)

Citoyenneté et Immigration Canada (CIC)

Ministère des relations internationales (MRI)

Pour tout savoir sur les universités et la vie étudiante :

- Université du Québec (réseau)
- Universités québécoises
- Étudier au Québec
- Étudier à Montréal

Pour travailler hors campus :
- Placement étudiant
- Workopolis

Pour se loger :
- Consultez le site des universités : il indique souvent les résidences étudiantes.

Étudiants étrangers au Québec

Pour venir étudier au Québec, à titre d’étudiant étranger, vous devez justifier de la possession des éléments suivants :

- une lettre admission d’une institution scolaire reconnue au Québec,
- un CAQ (certificat d’acceptation au Québec). Ce document s’obtient auprès du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, après avoir payé les frais de dossier, et s’être engagé à faire des études son activité principale au Québec.
- justifier des ressources financières suffisantes pour toute la durée de vos études, ces ressources devant couvrir principalement les frais d’installation dans la province, les frais de scolarité, les frais de subsistance, le transport (aller-retour) jusqu’au Québec et les assurances maladies et hospitalisation.
- obtenir un permis d’études de l’Ambassade du Canada.

Récapitulatif des étapes

1. Choisir un établissement d’enseignement et un programme d’études et se renseigner sur les frais de scolarité.

2. Envoyer une demande d’admission à l’établissement d’enseignement. Les universités québécoises ont toutes un bureau pour les étudiants étrangers : consulter leur site Internet pour obtenir toutes les informations nécessaires à votre projet d’études au Québec.

3. Une fois que vous avez reçu une lettre d’admission de l’établissement, faire une demande de certificat d’acceptation du Québec (CAQ) en remplissant le formulaire spécifique, en y joignant les pièces justificatives exigées et en vous acquittant des frais de dossiers (soit 108 $ CAN en 2014). Il est possible de procéder à la demande de CAQ en ligne sur le site du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI).

4. Une fois votre CAQ reçu, vous devez faire une demande de permis d’études auprès du gouvernement du Canada. Sur le site de Citoyenneté et Immigration Canada, vous pourrez télécharger la trousse appropriée, puis renvoyer les formulaires, les pièces justificatives et les frais de traitement (150 $ CAN en 2014) au bureau canadien des visas qui couvre votre pays.

5. En fonction de votre pays de citoyenneté, il se peut que vous deviez faire la demande d’un visa de résident temporaire.

Travailler parallèlement à ses études

Travailler sur le campus durant ses études

Les étudiants étrangers peuvent travailler sur leur campus s’ils étudient à temps plein dans un établissement postsecondaire public ou privé et s’ils ont un permis d’études valide. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de demander un permis de travail.

Il s’agit d’une bonne option pour ceux qui souhaitent avoir un complément budgétaire, mais les emplois disponibles sont peu nombreux.

Consultez le site de CIC : www.cic.gc.ca/francais/etudier/travailler-surcampus.asp

Travailler hors campus durant ses études

Depuis le 1er juin 2014, les étudiants à temps plein inscrits à un programme universitaire ou à un programme de formation professionnelle dans un établissement d’enseignement désigné sont autorisés à travailler hors campus même s’ils ne sont pas titulaires d’un permis de travail. Vous ne pourrez pas travailler plus de 20 heures par semaine durant les sessions mais il est possible de travailler à temps plein durant les congés prévus au calendrier scolaire.

Consultez le site de CIC : www.cic.gc.ca/francais/etudier/travailler-horscampus.asp

Délais de traitement des dossiers

Il est impératif que vous consultiez les délais de traitement sur le site du MIDI et de Citoyenneté et Immigration Canada. En 2011, il fallait compter environ 20 jours ouvrables pour obtenir son CAQ, en excluant les délais postaux, et près de 3 mois pour son permis d’études.

Pour obtenir un permis de travail hors campus, le plus rapide est de faire une demande par voie électronique : il faut compter alors un peu plus d’un mois de traitement.

Assurance maladie

Des ententes de sécurité sociale ont été signées entre le Québec et certains pays (Belgique, Danemark, Finlande, France, Grèce, Luxembourg, Norvège, Portugal et Suède). Si vous êtes ressortissant d’un pays signataire d’un accord, il faut, avant votre départ au Québec, obtenir auprès de votre organisme de sécurité sociale un formulaire attestant que vous étiez couvert dans ce pays. Ce formulaire devra être présenté, une fois au Québec, à la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Lien utile : www.ramq.gouv.qc.ca/fr/citoyens/assurancemaladie/arriver/ententes_ss.shtml

Pour les autres étudiants, il est obligatoire de souscrire à un régime d’assurance privée. La plupart des universités et grandes écoles obligent leurs étudiants étrangers à souscrire à une assurance-maladie administrée par l’établissement d’enseignement. Les tarifs y sont avantageux. Renseignez-vous auprès du service universitaire pour les étudiants étrangers.

À votre arrivée au Québec

À l’arrivée à l’aéroport ou à un poste de frontière, veillez à avoir en main votre passeport, la lettre d’admission de l’établissement d’enseignement, le CAQ, le permis d’études (ou la lettre d’autorisation de CIC) et les autres documents de voyage ou administratifs nécessaires en fonction de votre cas. Il arrive que les agents demandent des preuves supplémentaires comme une attestation de fonds ou encore une attestation de couverture sociale, selon les cas.

Si vous faites suivre vos effets personnels et domestiques, vous devez également vous rendre au bureau des douanes avec la liste détaillée de tous ces effets. Attention, en tant que résident temporaire, il est possible que la douane demande de payer 5% de la totalité de la valeur des affaires importées. Pour plus d’informations à ce sujet, consulter la rubrique consacrée aux douanes dans le Guide.

Travailler au Québec après ses études

Si vous obtenez votre diplôme d’études et si vous avez étudié au moins huit mois dans une université, un Cégep public ou un collège privé subventionné, vous pouvez dans les 90 jours suivant son obtention  présenter une demande de permis de travail auprès de Citoyenneté et Immigration Canada (bureau de Vegreville). Le permis de travail accordé ne pourra pas excéder trois ans.

S’établir durablement au Québec

Si vous souhaitez devenir résident permanent du Canada, vous devez obtenir tout d’abord un certificat de sélection du Québec (CSQ), puis la résidence permanente auprès des autorités fédérales.

Il est possible qu’ayant suivi des études au Québec, obtenu un diplôme québécois et ayant une connaissance du français de niveau intermédiaire avancé, vous soyez admissible au Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Toute demande complète reçue dans le cadre du PEQ sera traitée dans un délai de 20 jours ouvrables ou moins. Afin de permettre un traitement rapide des demandes, le candidat doit être admissible et le dossier doit être recevable et complet.

Pour en savoir plus sur ce programme et les critères d’admissibilité, consultez le site du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) : www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/immigrer-installer/etudiants/demeurer-quebec/index.html

 

INFOS COMPLÉMENTAIRES :

Droits de scolarité pour les étudiants étrangers
Les étudiants étrangers doivent payer des droits de scolarité fixés par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). À l’université, les frais correspondent à ceux payés par les étudiants québécois (2 653 $ CAN en 2014), majorés d’un montant forfaitaire. En fonction de la durée de la session et du nombre de crédits, il faut souvent compter plusieurs milliers de dollars (pouvant atteindre des sommes allant de 9 000 $ à 13 000 $ CAN, voire plus). Certaines universités peuvent demander en plus un montant forfaitaire facultatif, ne dépassant pas 10% du montant forfaitaire pour étudiants étrangers

Il existe des exemptions de droits de scolarité (montant forfaitaire). Le Québec a signé plusieurs ententes de coopération internationale ou d’ententes bilatérales avec des pays étrangers. À titre d’exemple, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la Chine, le Mexique, etc. font partie de ces pays. Il existe un nombre maximal d’exemptions (quotas) par pays. Vous pouvez consulter la liste des pays sur le site Internet du MELS : www.mels.gouv.qc.ca  

D’autre part, le Québec et la France ont signé une entente relative aux frais de scolarité des étudiants français dans la province. Ainsi, grâce à cette initiative des deux gouvernements, tous les étudiants français payent les mêmes frais de base que les étudiants québécois et ne sont pas soumis au montant forfaitaire.

Les étudiants en échange universitaire n’ont pas de droits de scolarité à payer au Québec car ils restent attachés à leur établissement d’origine.

Certaines bourses sont accessibles aux étudiants étrangers. Renseignez-vous auprès de votre établissement d’enseignement.

Les droits de scolarité ne comprennent pas les frais de logement, de transport, de nourriture, d’assurance maladie et hospitalisation, de loisirs, etc.

Le cas des étudiants mineurs
Un mineur est autorisé à faire des études au Québec. Cependant s’il n’est pas accompagné par ses parents ou son tuteur légal, il devra être placé sous la responsabilité d’un adulte résident au Québec à qui l’autorité parentale a été dûment déléguée.

Le programme d’échanges d’étudiants de la CREPUQ
Des établissements d’enseignement québécois, dans le cadre de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), participent à des programmes d’échanges d’étudiants avec plus de 500 établissements ou consortiums d’établissements dans les pays suivants : l’Allemagne, l’Argentine, l’Australie, la Belgique, le Brésil, le Chili, la Chine, la Colombie, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France (incluant l’Île de la Réunion, la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique), l’Islande, l’Italie, le Japon, la Lituanie, le Mexique, la République de Corée, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et Taïwan.

Conférences des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) : http://echanges-etudiants.crepuq.qc.ca

Inscription à l'infolettre

Nos partenaires

Loading images...