CV et entrevue à la québécoise

En collaboration avec l’Office français de l’immigration et de l’intégration(OFII).

Adapter son CV au Québec

Définir ses objectifs professionnels

LIEN UTILE :

Couv-guide-travailler-2014-miniLe guide pour travailler au Québec en téléchargement gratuit

Pour en savoir plus sur le travail au Québec, la recherche d’emploi, la CV et l’entrevue d’embauche, le réseautage, les ordres professionnels, etc., téléchargez gratuitement le guide.

Chercher un emploi lorsque l’on est un nouvel arrivant implique souvent une redéfinition de ses objectifs professionnels : qu’ai-je envie de faire ? Mon projet semble-t-il réalisable ? Ai-je la bonne formation ? Ma profession est-elle réglementée ? Comment se pratique-t-elle au Québec ? Etc. Autant de questions nécessaires pour établir son projet de vie au travail. Un conseiller en orientation peut généralement aider à faire le bilan de ses compétences. Une fois les objectifs professionnels établis, un conseiller en emploi peut poursuivre le travail d’accompagnement en aidant à définir une stratégie pour concrétiser le projet.

Curriculum vitae : valoriser ses compétences

Faire ou refaire son CV implique de prendre du recul sur sa carrière professionnelle et de faire le point sur ce que l’on sait faire et ce que l’on a réalisé.

Il est très important de se rappeler qu’au Québec, un CV ne doit comporter ni photo, ni âge, ni statut civil ou autre mention qui pourrait être discriminante. Il est courant qu’un CV s’étende sur 2 voire 3 pages au maximum. Vous prendrez soin à numéroter les pages du CV, ainsi qu’à indiquer sur chaque page (inscrit au bas ou en haut) votre prénom et nom suivi de votre courriel : cela facilitera le travail du recruteur. D’autre part, le format du papier diffère de certains formats utilisés dans d’autres pays (A4 en France par exemple). Au Québec, il s’agit du format « lettre » (8.5*11) légèrement plus petit : attention donc à votre mise en page.

Il existe 3 types de CV en fonction de votre profil :

– Le CV chronologique, qui insiste sur les expériences de travail acquises dans un même secteur d’activité ou un même domaine d’emploi ; il met en valeur l’évolution de carrière,

– Le CV fonctionnel, qui fait ressortir les compétences et réalisations lors d’expériences passées ; avantageux dans le cadre de changement de carrière, ou lorsque la personne n’a pas suivi une évolution toujours cohérente,

– Le CV mixte, combinaison des deux versions précédentes, peut s’avérer utile pour quelqu’un qui a souvent changé d’emploi.

Un CV à la façon québécoise doit faire ressortir les caractéristiques suivantes :

compétences ou savoir-faire (connaissances techniques, méthodologiques, des outils, du secteur d’activités…),

aptitudes ou savoir-être (capacités de leader, d’organisation, sens de la diplomatie…),

habilités : maîtrise de langues, de logiciels…

Certains employeurs identifient un quatrième savoir : le savoir-devenir (être proactif, savoir anticiper, prévoir).

Il doit aussi mettre l’accent sur vos réalisations, c’est-à-dire vos contributions dans le cadre de vos fonctions dont vous êtes particulièrement fier. Pour chacune d’entre elles, préciser le résultat ou l’impact sur l’organisation et essayer de les quantifier ou qualifier le plus possible. Utiliser des verbes d’action au participe passé (ex : augmenté les ventes de l’entreprise de 20%).

Chaque CV est particulier, mais  voici les rubriques les plus importantes :

Profil: une phrase résumant votre parcours. Par exemple : 8 ans d’expérience en travail administratif dont 5 dans le secrétariat juridique.

Sommaire des compétences et aptitudes : présentez quelques points forts reliés à votre savoir-faire et savoir-être, en fonction de l’offre d’emploi à laquelle vous postulez. Par exemple : « organisation de réunion », « suivi du budget », « esprit d’équipe » , « dynamique et motivée », « anglais : lu, écrit, parlé », etc. Ajoutez-y les compétences linguistiques et informatiques.

Expériences professionnelles : elles peuvent être divisées en deux catégories. La première liste les expériences directement en lien avec le poste visé : elles sont précises dans les tâches réalisées, avec l’utilisation de verbes à l’infinitif si vous faites une description des tâches ou au participe passé si vous présentez vos réalisations. Utilisez le plus souvent possible, des verbes d’action. Par exemple,  une fonction serait « animer des réunions d’équipe », et une réalisation serait « dirigé l’ensemble des opérations de production ». Le nom de l’entreprise pour laquelle vous avez travaillé a moins d’importance : c’est le poste que vous avez occupé qui doit être valorisé. Quelques mots permettant de cerner l’entreprise seront les bienvenus (taille, chiffre d’affaires, secteur, rayonnement). La 2e catégorie d’expériences correspond aux autres postes effectués sans lien direct avec l’offre visée. La liste sera plus succincte et moins détaillée.

Formation : cette rubrique indique les études suivies. Il peut être utile de rajouter l’équivalence par rapport au système d’éducation québécois. Préciser les dates de début et de fin de formation et les établissements fréquentés.

Loisirs, bénévolat : si certaines de vos activités bénévoles s’apparentent à une véritable expérience professionnelle, n’hésitez pas à la valoriser dans la partie du CV concernée. Le bénévolat est largement favorisé au Québec donc mettez-le en avant. De même, si vous avez fait un stage, considérez-le comme une expérience professionnelle. Indiquez uniquement les centres d’intérêt qui peuvent apporter quelque chose à l’employeur en vous ayant fait acquérir des aptitudes particulières comme le leadership ou la gestion du stress dans le sport de compétition par exemple.

Références : Indiquez que vous avez des références disponibles sur demande. Prévenez ces personnes qu’elles peuvent être contactées à votre sujet dans le cadre de votre recherche d’emploi.

Lettre de présentation (ou lettre de motivation)

L’objectif de la lettre de motivation est de susciter l’intérêt du recruteur pour lui donner envie de vous rencontrer. Vous devez montrer à l’employeur que vous avez les compétences et les qualités pour le poste que vous convoitez.
Généralement, une lettre de présentation se présente comme suit : coordonnées de l’employeur en haut à gauche et coordonnées du candidat en bas.
Sa structure peut se résumer ainsi :

L’introduction doit toujours rappeler l’intitulé ou la référence du poste sur lequel on souhaite postuler.

– Ensuite, l’expérience professionnelle est présentée en quelques lignes : il faut sélectionner celle en lien avec l’offre d’emploi.

– Le 3e paragraphe peut mettre en valeur vos qualités personnelles, avec l’idée que vous devez démontrer ce que vous pourrez apporter à l’employeur et ce qui ferait de vous un meilleur candidat que les autres.

– Puis, une courte phrase rappelle que vous restez à la disposition de l’employeur pour une entrevue. Il n’est pas nécessaire d’utiliser une phrase de salutations formatée (comme, « veuillez agréer l’expression de mes sentiments distingués ») : « Cordiales salutations » convient tout à fait.

Quelques conseils :

– Éviter de répéter ce qui est écrit dans votre CV.

– Ne pas commencer toutes les phrases par JE mais les tourner de façon à répondre aux besoins de l’entreprise ; préférer les tournures de phrases positives.

– S’adresser à la bonne personne ; avoir pris les renseignements nécessaires avant.

– Être concis, la lettre ne doit pas dépasser une page, précis et facile à lire.

– Dactylographier la lettre (pas de lettre manuelle).

– Mettre en évidence les qualifications, les réalisations et les caractéristiques personnelles correspondant au poste.

– Personnaliser la lettre en fonction de l’entreprise et de la fonction, à chaque fois que vous postulez.

Entrevue d’embauche : concrétiser son expérience

L’entrevue a pour but de permettre au recruteur de vous connaître, de vérifier l’adéquation de votre profil au poste, d’appréhender votre personnalité, d’évaluer si vous pourriez vous intégrer dans l’équipe et avoir une bonne alchimie avec les autres membres. Il cherche simplement à trouver le candidat qui correspondra le mieux au poste. Il s’agit donc de lui prouver que c’est bien vous !

Avant l’entrevue :
Il est important de bien se préparer lorsqu’on est convoqué à une entrevue.
Prenez des renseignements sur l’entreprise (site Internet ou autre), posez-vous les questions susceptibles de vous être demandées par le recruteur et préparez-vous à y répondre (vous trouverez une petite liste de questions ci-dessous). Étudiez votre itinéraire et les moyens de vous rendre sur place de manière à arriver en avance le jour J, pensez à choisir une tenue soignée pour vous montrer professionnel. Vous aurez peut-être entendu que les Québécois se fient moins aux apparences : il n’empêche qu’il sera apprécié que vous n’ayez pas une tenue décontractée.
Au besoin, faites appel à un conseiller en emploi qui pourra vous préparer au déroulement d’une entrevue au Québec et vous entraîner à répondre à d’éventuelles questions afin de bien présenter. Des organismes financés par Emploi-Québec offrent des services de préparation à l’entrevue.

Déroulement de l’entrevue :
La première étape, la prise de contact est déterminante puisque la première impression que laisse le candidat va souvent influencer le reste de l’entrevue. Une bonne présentation est donc indispensable. Soyez souriant, sûr de vous et calme. Une poignée de main ferme sera toujours appréciée.
Laissez l’employeur entamer la conversation et diriger l’entrevue. Au Québec, il cherchera bien souvent à vous mettre à l’aise. Il est important de bien regarder les gens présents dans les yeux.
Prenez garde au tutoiement : il est spontané au Québec, mais n’indique absolument pas que vous pouvez avoir plus de familiarité. Si le recruteur vous tutoie, continuez à le vouvoyer, sauf s’il vous propose de le tutoyer.

L’entrevue se poursuit ensuite par un échange d’informations souvent via une série de questions.

Quelques questions courantes :

– Présentez-vous ?

– Pourquoi pensez-vous être un bon candidat pour le poste ? Qu’est-ce qui vous rend meilleur qu’un autre candidat ?

– Citez-moi vos 3 principales qualités, et vos 3 principaux points à améliorer ?

– Parlez-moi d’une situation difficile que vous avez rencontrée dans vos précédentes expériences de travail et comment vous vous en êtes sorti ?

– Avez-vous déjà travaillé sous pression et comment l’avez-vous gérée ?

– Qu’est-ce que votre ancien employeur dirait de vous ?

– Comment vous vous voyez dans 5 ans ?

– Pourquoi vouloir travailler chez nous ?

– Qu’avez-vous compris du poste à pourvoir ?

– Quelle serait, pour vous, votre plus grande réalisation ?

Le recruteur appréciera des réponses courtes et précises basées sur des exemples concrets. N’hésitez pas à expliquer une situation difficile à laquelle vous avez été confronté dans le cadre professionnel et les solutions que vous avez mises en œuvre pour surmonter l’obstacle.

N’oubliez pas que les compétences se trouvent partout : dans la vie professionnelle, mais également personnelle, sociale, sportive… Pour les candidats ayant encore peu d’expériences, il est tout à fait positif de parler de ses compétences et aptitudes hors champ du travail (par exemple, celles que vous avez développées dans un engagement associatif).

Certains candidats peuvent se sentir déstabilisés par le rythme de l’entrevue. Au Québec, les temps de pause dans la conversation sont naturels. Ne vous sentez pas gêné par quelques secondes de silence et n’en profitez pas pour le combler à tout prix : vous risquez de tenir des propos inutiles à l’entrevue.

À la fin de l’entretien

Il sera bienvenu que vous posiez une ou deux questions sur l’entreprise : cela prouvera que vous avez un intérêt réel et que vous êtes curieux et motivé. Vous pouvez également demander des précisions au niveau du salaire. Pour terminer, remerciez votre interlocuteur pour le temps qu’il vous a accordé et réexprimez votre motivation pour le poste. Mettez-vous également d’accord sur la poursuite du processus d’embauche.

Rappel de quelques éléments clés de présentation

– Avoir une poignée de main ferme
– Regarder son interlocuteur dans les yeux
– Être souriant et calme
– Conserver le vouvoiement sauf si l’employeur souhaite le contraire.

INFOS COMPLÉMENTAIRES :

Conseils de l’OFII pour mettre les chances de votre côté dans la recherche d’emploi

Vous avez repéré un poste que vous souhaiteriez occuper ? Vous êtes prêt à envoyer votre candidature ? Voici quelques conseils pour mettre les chances de votre côté :

Suivez bien les instructions de l’employeur.
Par exemple, si l’employeur demande à ce que les candidats mettent le numéro de l’annonce dans l’objet de leur candidature, n’oubliez pas de l’indiquer. S’il demande que le CV et la lettre de présentation soient dans un même document, ne lui envoyez pas deux documents distincts.

Ne répondez pas à une offre d’emploi pour laquelle vous êtes sur ou sous-qualifié.
Vous allez perdre votre temps et celui de l’employeur. Ne vous dites donc pas : « je n’ai rien à perdre » : il faut être rigoureux dans sa recherche et cibler correctement ses candidatures.

Utilisez les mots clés de l’annonce.
En effet, certains employeurs ont recours à des logiciels d’extraction de données qui repèrent des mots clés et y associent un CV. À ce titre, il est préférable de faire parvenir le CV et la lettre de présentation en format de texte et non en PDF.

Arrivez à l’heure à l’entretien d’embauche.
La ponctualité est de mise au Québec. Arrivez même une dizaine de minutes à l’avance : cela vous permettra d’observer l’environnement.

Parlez en positif de vos précédentes expériences professionnelles.
Un recruteur n’a pas de temps à perdre à vous entendre formuler des reproches à l’encontre de l’entreprise dans laquelle vous avez travaillé.

Respectez le temps que le recruteur a annoncé au début de l’entretien.
S’il a indiqué que vous disposiez d’une demi-heure, à vous de maîtriser le temps et de dire l’essentiel dans le délai imparti.

Ne relancez pas sans cesse au téléphone le recruteur suite à l’entrevue.
Il risque de se lasser de vous. La bonne attitude est de compter environ 15 jours après la date de clôture des entretiens pour recontacter l’employeur.

Remerciez l’employeur suite à l’entretien.
Il sera apprécié que vous envoyez un bref courriel à la personne que vous avez rencontrée pour la remercier de la qualité de vos échanges et lui confirmer que vous êtes très motivé par le poste.

 

Restez informé de l’actualité sur l’immigration au Québec

Inscrivez-vous à l’infolettre d’Immigrant Québec

 

 

×