Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Le mentorat comme stratégie d’insertion sur le marché du travail

Publié le 15 septembre 2021
Photo : L'Hirondelle

Saviez-vous que le mot mentor vient de la mythologie grecque, et que c’est le nom de l’un des héros qui accompagnent et instruisent Télémaque, fils d’Ulysse ? Aujourd’hui encore, c’est ce que font les mentors, et cet accompagnement revêt une importance particulière quand il s’agit de personnes immigrantes qui peuvent se sentir mal outillés pour s’intégrer au marché du travail québécois.

Pourquoi le mentorat ?

Immigrer requiert une certaine dose de courage, ainsi que de bonnes facultés d’adaptation. L’accès à l’emploi est l’une des questions les plus sensibles, puisque c’est par lui que se fait en majeure partie l’insertion sociale. Si certains nouveaux arrivants prennent d’eux-mêmes l’initiative d’aller vers les autres, l’insertion professionnelle peut se heurter à des obstacles culturels que l’on pourrait éliminer grâce à l’intervention et aux conseils d’un mentor. C’est ce qu’évoque Guolu Chen, dont le parcours de recherche d’un emploi a pris à peine deux mois : « Ma conseillère en emploi à l’Hirondelle m’a non seulement aidé à refaire mon CV, elle m’a aussi orientée pour l’entrevue et m’a mise en contact avec Chrystine, mon super mentor ». C’est ce que confirme de son côté le mentor, Chrystine Maltais, arpenteure-géomètre spécialisée dans la gestion de projets fonciers. Ses voyages en Afrique et en Amérique du Sud lui ont donné le goût de rendre l’aide qu’elle a reçue, et c’est tout naturellement qu’elle s’est proposée comme mentor : « Un lien de confiance s’est installé dès la première rencontre avec Guolu. Ma stratégie était d’abord de l’écouter, de comprendre un peu son vécu et le contexte de son arrivée au Québec. Elle avait déjà des questions fort pertinentes à poser, dans sa volonté de comprendre l’exercice de la profession ici, par rapport à ses repères. Aussi étonnant que ça puisse être, en quelques heures seulement, l’exercice du mentorat peut porter ses fruits. En partageant la même profession, un lien fort est établi de facto ».

Bénéficier du programme mentorat

Dans sa mission d’accompagnement par le mentorat, L’Hirondelle se dédie aux personnes de moins de 35 ans qui vivent sur l’île de Montréal. Les personnes immigrantes de moins de 5 ans au Canada peuvent s’inscrire au programme et bénéficier de l’accompagnement d’un conseiller en emploi. Pour une expertise plus pointue, elles sont orientées vers le service mentorat, qui vient compléter les conseils d’ordre général sur la recherche d’emploi. Le conseiller dresse les besoins du chercheur d’emploi et puise dans sa banque de mentors afin d’effectuer un jumelage entre les deux. Pour le nouvel arrivant, c’est une occasion privilégiée d’être introduit au système de travail, ainsi que dans l’exercice de sa profession au Québec, d’obtenir les outils pour son secteur d’activité, d’avoir accès au carnet d’adresses de son mentor et d’avoir ainsi la meilleure des introductions pour son futur emploi. Le mentor peut aussi orienter la personne pour une reprise de ses études ou pour changer de projet professionnel. Le programme s’étale sur une durée de trois mois, avec trois supplémentaires si nécessaire. Des suivis sont réalisés dans le cadre du maintien en emploi.

Un accompagnement de choix

Chrystine Maltais résume bien l’indispensable apport de ce service de mentorat : « Je conseillerais sans aucun doute aux nouveaux arrivants d’en profiter. En plus des avantages mentionnés précédemment, il est également un premier pas pour se faire connaître auprès du réseau de son domaine, ce qui peut s’avérer fort utile et contribuer favorablement à dénicher un emploi directement en lien avec les compétences professionnelles acquises. Dans le cadre de ce jumelage professionnel, il n’y a rien à perdre et tout à gagner, de part et d’autre ».

C’est vrai que les protagonistes y gagnent de chaque côté puisqu’elle et Guolu ont décidé de garder contact : « il faut dire que je suis très curieuse de suivre la belle carrière québécoise qu’elle s’apprête à développer » ! Ce que ne dément pas Guolu : « Une fois arrivé ici (et même avant), je vous conseille fortement d’envisager le mentorat. Vous vous sentirez moins seul, moins stressé, et votre processus d'intégration sera beaucoup plus facile et organisé. Rencontrer quelqu'un comme Chrystine, qui pourrait non seulement devenir votre consultante en carrière, mais également votre bonne amie, ça n’a pas de prix ! »

Nouveaux arrivants sur l’Île de Montréal, les services de l’Hirondelle vous attendent pour un accompagnement à l’aide d’un mentor.

L’Hirondelle sera présente au Salon de l'immigration et de l'intégration au Québec, les 21 ert 22 septembre 2021 au Palais des congrès de Montréal. Venez rencontrer leur équipe au kiosque #223 !

Faciliter l’accueil et l’insertion socio-économique des personnes immigrantes.
En savoir plus
Autres conseils d'experts
Femmes au foyer, vous êtes attendues sur le marché de l’emploi québécois !

Pour lutter contre l'isolement et la perte d'autonomie, il existe des services dédiés aux femmes immigrantes.

Emploi, logement et qualité de vie : optez pour la Montérégie !

Diana et John, un couple de Colombiens, nous livrent un vibrant témoignage de leur expérience d’établissement en Montérégie.