Votre média pour immigrer, vivre, travailler et étudier au Québec, Canada

Une aide financière pour les nouveaux arrivants

Publié le 17 septembre 2021

Un projet d’immigration, même s’il est parfaitement préparé, peut se heurter à des imprévus. Difficultés à rejoindre le marché du travail, reprise d’études ou obtention d’équivalences non planifiées, etc. Or, pour les nouvelles et nouveaux arrivants, ces imprévus peuvent rapidement se chiffrer à plusieurs centaines, voire milliers de dollars. Pas encore suffisamment outillés pour maîtriser le système bancaire canadien, ils peuvent vite se décourager. Pourtant des solutions existent qui leur sont spécifiquement destinées.

Fragilité financière

Les personnes nouvellement arrivées au Québec viennent avec une forme de vulnérabilité, que l’on peut attribuer à une multitude de facteurs. L’un de ces facteurs est économique. Rassurés par le Contrat d’autonomie financière (CAF), qui les oblige à disposer officiellement d’une certaine somme d’argent destinée à couvrir leurs frais d’installation, beaucoup sont convaincus que la somme dont on leur demande de pouvoir disposer est amplement suffisante. Bien souvent, c’est le cas. Mais pour certains, le manque d’anticipation de certains freins ou frais avant leur arrivée peut rapidement se transformer en piège.

À titre d’exemple, dans la catégorie des travailleurs qualifiés, les autorités exigent d’une famille de 4 personnes (2 adultes et 2 enfants de moins de 18 ans) qu’elle dispose de la somme de 5 822 $ CAN pour subvenir à son arrivée à ses besoins essentiels, tels que la nourriture, l’hébergement et l’habillement, ainsi que toute autre nécessité. Or, on comprend rapidement qu’entre le loyer d’un 5 ½ (minimum), les frais de garde (si les enfants ont moins de 5 ans), les vêtements d’hiver, les frais courants et, l’un des pires ennemis des nouveaux arrivants, un taux de change désavantageux, une telle somme fonde généralement comme neige en juillet. Pour peu que l’accès à un emploi à hauteur de ses compétences soit retardé à son arrivée, et la situation pourrait rapidement devenir critique.

Finances et carrière

Le premier réflexe est de réfléchir plutôt en termes de carrière. Pourtant, il est fondamental de ne pas négliger la planification de ses finances, afin de démarrer sereinement sa carrière ensuite. Lorsqu’un nouvel arrivant réalise après son arrivée qu’il lui faudrait peut-être une formation supplémentaire pour accéder à l’emploi auquel il aspire, mais qu’il a déjà dépensé ses économies pour s’installer, il va au-devant de choix difficiles. Même chose s’il se retrouve à devoir payer pour l’obtention d’une équivalence et l’inscription à un ordre professionnel. Or, une fois pris dans la routine d’un travail qui paie tout juste les factures, il est alors difficile de réunir les fonds pour suivre la voie qui pourrait mener à une profession en lien avec son domaine d’études ou d’expertise. Et c’est là qu’on perçoit l’intérêt de planifier ses finances en fonction de ses objectifs de carrière — et de pouvoir se tourner vers un prêt justement destiné à donner le coup de pouce nécessaire pour se donner les moyens de réussir.

L’aide financière sous forme de prêt

Du point de vue du nouvel arrivant, partir avec un prêt peut ressembler à un échec. Pourtant, une dette ne doit pas être forcément considérée comme un frein. C’est même l’inverse pour qui sait comment utiliser et gérer cette ressource. Aller chercher des finances consacrées à aider le choix de carrière doit être plutôt vu comme un investissement pour l’avenir, d’autant plus si la mise à disposition de cet argent vient avec un accompagnement destiné à autonomiser le nouvel arrivant. Le projet doit être bien bâti, comme on le ferait pour un plan de réussite professionnelle. Chaque étape doit se voir attribuer le montant correspondant : le transport, l’inscription éventuelle à un ordre, le tarif s’il faut suivre une formation, etc.

Un coup de pouce qui fait la différence

Pour éliminer ce frein que pourraient devenir des finances boiteuses, il est indispensable de procéder à une planification de ses dépenses — avant, pendant et après son arrivée au Québec. Contracter un prêt, très bien ; mais pas à n’importe quel prix, et encore moins n’importe où. Puisque le but est d’utiliser cet argent pour propulser sa carrière, alors autant être bien armé pour aller droit au but. Tout commence par le système financier via des conseillers qui s’assurent que le nouvel arrivant en ait une bonne compréhension, que son utilisation du crédit soit adéquate et que sa budgétisation mensuelle soit réaliste. Le coaching en amont permet de s’assurer que la personne est sur la bonne voie. « De bonnes connaissances financières permettent aux personnes immigrantes d’accélérer leur carrière, notamment lorsque l’intégration en emploi passe par un processus de reconnaissance de compétences comme c’est le cas pour nos clients exerçant des professions réglementées. Des frais “surprises” et des délais sont souvent à prévoir, particulièrement avec la pandémie », explique Luisa Gomez, coach pour Le Moulin Microcrédits.

L’accompagnement suit les objectifs de celui qui va bénéficier du prêt : quel montant est nécessaire pour quel type de profession, planifier le remboursement sans glisser dans le surendettement, comment associer ce microprêt à un apport personnel ainsi que d’autres aides répondant aux besoins spécifiques des emprunteurs. Comme le souligne Sandra, qui a bénéficié de cet accompagnement, « Je m’attendais à une solution financière uniquement, mais les personnes qui m’ont aidé ont fait bien plus que cela. Elles m’ont guidée dans l’élaboration d’un plan détaillé de mon chemin à parcourir, qui comprenait les procédures directement liées aux démarches d’équivalence, et dans la création d’un budget pour réaliser mon projet. Ce n’est que lorsqu’on a bien défini chaque étape à suivre et planifié ses finances qu’il est possible de commencer à réaliser son rêve. »

Nouvellement arrivé, vous avez besoin d’un coup de pouce financier dans le but de (re) lancer votre carrière au Québec ? Obtenez les titres de compétences dont vous avez besoin grâce à un prêt du Moulin.

Le Moulin Microcrédits est un organisme de bienfaisance enregistré qui offre des micro-prêts aux personnes immigrantes qui souhaitent réaliser leurs objectifs de carrière au Canada.
En savoir plus
Autres conseils d'experts
Emploi, logement et qualité de vie : optez pour la Montérégie !

Diana et John, un couple de Colombiens, nous livrent un vibrant témoignage de leur expérience d’établissement en Montérégie.

Le mentorat comme stratégie d’insertion sur le marché du travail

L'accompagnement d'un mentor peut être déterminant pour une personne immigrante qui cherche à intégrer le marché du travail.